jeudi 20 juin 2013




Ce n’est pas la première fois que la demeure de notre camarade Souleimane Ramadane soit la cible de leurs missiles. Déjà en 2006, lors de l’agression sioniste contre son peuple et sa résistance, puis les trois dernières fois, tout récemment.

Aujourd’hui, l’auteur, quel qu’il soit, n’a fait que signer sa traîtrise et son objectif est bien plus grand et plus dangereux que ses minables missiles détruisant la demeure d’un communiste résistant  et de ses enfants ; par l’assassinat d’une famille, il voulait faire pulvériser la paix civile qui règne à Baalbek et dans sa région.
Rien n’est laissé au hasard lorsqu’il s’agit d’un communiste ; en 1985, Souleimane blessé, et pendant sa détention par le traître collaborateur Antoine Lahd, sous la torture, on lui avait sectionné son pieds droit…, puis furent 15 ans de détention dans le camp de la mort de Khiam.
On a voulu qu’il avoue, qu'il dénonce et qu’il renonce à résister ; en vain, la victoire, celle de son peuple et de sa résistance  était au rendez-vous.

Et voilà que l’on revienne aujourd’hui voulant absolument commettre le crime, souhaitant ainsi transformer le roc et les hommes en bandes toujours en conflits tribaux et confessionnels contre lesquels Souleimane et ses camarades se battent depuis les années soixante dix à nos jours.

Nous le disons haut et fort, ceux qui avaient assassiné Georges Haoui sont les mêmes qui, aujourd’hui, visent nos camarades garants de l’unité de notre peuple. 

Nos camarades et nos résistants, vivants ou tués, torturés ou blessés, resteront cette limpide lumière qui éclaire les chemins, tous les chemins de la liberté, notre dignité et notre salut : la Paix Civile.

Le combat n’a pas commencé hier et ne se terminera pas demain.

Soyez rassurés, notre Résistance vaincra le confessionnalisme et la collaboration…

Ci-dessous les quelques photos qui témoignent de cette haine inouïe s’abattant sur une de ces demeures dans lesquelles naissent et grandissent les consciences de la nécessité de l’acte à la fois révolutionnaire, résistant et fermement attaché à la Paix Civile…





















  

Aucun commentaire: