dimanche 17 mars 2013







LIBAN

11-03-2013

Pour la paix civile, pour une loi électorale démocratique non confessionnelle et pour un État démocratique, laïc et résistant


A l’appel lancé, les 21 et 27 février, par le Parti Communiste libanais, repris par « L’initiative pour le changement » et « Le mouvement du peuple », sous les slogans rendant le gouvernement responsable du chaos et de la conspiration contre le secteur public et appelant à s’opposer à tous les projets confessionnels, sans aucune distinction et concernant la nouvelle loi électorale, plusieurs milliers de personnes sont descendues dans les rues de Beyrouth, le dimanche 10 mars 2013.

Ils étaient à la mesure de la patrie.

Ils se sont rassemblés pour défendre la paix civile, mais aussi pour le changement démocratique.

Leurs slogans ont rempli l’espace face aux cris des confessionnalismes.

Ils étaient la voix des pauvres, des ouvriers, des employés et des fonctionnaires contre les représentants de l’oligarchie financière, contre l’alliance de la bourgeoisie au pouvoir… Ils ont haussé le ton contre les lois électorales qui se font à la mesure des leaders des taifas et qui visent à renforcer les divisions entre les citoyens.

Ils étaient la volonté du changement visant à la construction d’un É
tat Démocratique, Laïc et Résistant.

Ils étaient des milliers à la manifestation, clamant leur refus aux lois électorales sectaires, leur droit à une loi électorale basée sur la proportionnelle et la circonscription unique.

Ils ont aussi marqué leur appui à la grève de l’Association de coordination syndicale visant à engager des reformes dans le secteur public.

Ils ont, enfin, crié leur opposition à la guerre confessionnelle.

A la tète de la manifestation marchaient les dirigeants du Parti Communiste, d’anciens ministres et députés, mais aussi des dirigeants syndicalistes…



Hadadah : Ensemble pour le changement

Le secrétaire général du PCL, Khaled Hadadah, a appelé, dans son intervention à la fin de la manifestation, à finir avec le régime de la bourgeoisie qui, par ses politiques confessionnelles, met en danger l’unité du pays et du peuple.

Il a affirmé que le PCL poursuivra sa lutte jusqu’à la création d’un nouveau régime civil, démocratique et laïc.

De plus, et tout en stigmatisant le rôle de la direction de la Confédération Générale des Travailleurs du Liban (CGTL), Hadadah a proclamé l’appui inconditionnel du mouvement populaire à la grève des enseignants et de ceux qui font partie de la fonction publique, appelant les lycéens et tous les étudiants à une plus grande participation à ce mouvement.



LIBAN RÉSISTANCE

La moindre gestion, la moindre politique qui touchent le moindre fragment de mon pays dans ses 10.452 kilomètres carrés me concernent, que j’habite le nord, le sud, l’est ou l’ouest, que je sois chiite, maronite, sunnite, grec orthodoxe ou catholique,… ; j’ai le droit et le devoir de voter en toute conscience pour amener au Parlement des représentants de mon peuple, d’où qu’ils viennent et quels que soient leurs croyances…

Je suis ouvrier avec un salaire de misère, gonflant la plus-value du grand capital ;

je suis paysan remuant la terre maintes fois polluée par les agressions sionistes répétées,
je la remue pour subvenir aux besoins de ma famille et de mon peuple ;

je suis fonctionnaire voué au service de mon peuple, à la merci des politiques d’austérité imposées par le FMI ou toute autre animalité du capitalisme mondialisé ;

je suis père de famille n’arrivant plus à joindre les deux bouts en fin de mois pour nourrir ma famille ;

je suis maman soucieuse de l’avenir de mes enfants, dont tous les droits sont ignorés ou bafoués par le modèle de société où règne la jungle du néo libéralisme ;

je suis cadre ou technicien aimant concevoir et construire pour mon pays alors que le système m’ignore au point de m’imposer résignation et découragement ;

je suis étudiant dont l’avenir m’est rendu incertain par le système ;

je suis prof d’université ou enseignant flanqué d’un salaire de misère, se souciant pour ses sujets : l’avenir de mon Liban, et qui, la nuit tombée se métamorphose en chauffeur de taxi pour arrondir ses fins de mois ;

je suis poète ou intellectuel ou encore écrivain et mes créations ne sont pas reconnues car non rentables pour eux ;

je suis chômeur jeté sur leur marché de l’emploi sans la moindre issue si ce n’est la précarité qui me ronge, dépourvu de la moindre sécurité sociale ;

je suis le grand parent dont les souffrances pèsent déjà avec l’âge, ne pouvant plus accueillir mes petits enfants pour seulement une journée de joie et de bonheur ;…


Je suis tout ce monde là, celui de la Philosophie de la Misère qui, chaque fois que le Liban est agressé, n’hésite pas à lui offrir la chair, l’âme et ses êtres les plus chers.

 
Donc, je lutterai pour une loi électorale basée sur la proportionnelle et la circonscription unique, une loi qui me permet enfin d’amener mes représentants au Parlement, peu importe pour moi leurs croyances et d’où qu’ils viennent, des représentants portant l’espoir de mon peuple et œuvrant pour la prospérité, la justice et la paix civile, des représentants œuvrant pour l’épanouissement de mon Liban, dans un 
État
 Démocratique, Laïc et Résistant…

Aucun commentaire: