mardi 30 août 2011


Georges Haoui en compagnie de la résistante Soha Béchara libérée...


Ne touchez pas à notre Georges…



Non seulement les forces politiques libanaises responsables de tous les malheurs et de toutes les souffrances de notre peuple persistent à exploiter son assassinat pour des fins de déstabilisation, de pulvérisation de l’unité nationale, et de là, de liquidation de notre Résistance, mais aussi ce tribunal qui ne porte que le nom de « tribunal » et dont l’objectif est claire : discréditer notre Résistance auprès de notre peuple préalablement à sa liquidation et à la soumission du Liban aux visées impérialistes et sionistes.

 Pas plus qu’hier ce même tribunal avait désigné la Syrie comme commanditaire de cet assassinat, avant de changer de cap en désignant une des composantes de notre Résistance, et sans doute demain, il désignera l’Iran, sans jamais désigner l’entité sioniste qui n’a jamais oublié le rôle principal de Georges Haoui dans la naissance de la première flamme de la Résistance Nationale Libanaise face à l’invasion de Beyrouth.

La Syrie ? Logiquement, le régime syrien qui s’était ingéré dans les affaires libanaises en s’imposant durant plus de quatorze ans aurait pu, sans trop attendre, facilement l’assassiner durant cette période, sans que la Communauté Internationale ne bouge, cette même communauté qui aujourd’hui, par le biais de son tribunal, pleure le martyr de larmes de crocodile en s’acharnant à vouloir saper l’unité populaire autour de l’alliance de notre Résistance et de notre Armée Nationale.

Le Hezbollah ? Franchement, quel intérêt aurait-il à tirer de cet assassinat alors qu’il est perpétuellement désigné par les puissances impérialistes comme responsable de tous les malheurs et de toutes les souffrances de notre peuple et qu’en position de défense, il se bat pour préserver une des conditions sine qua non de la survie de notre Résistance : l’Unité Populaire et la Paix civile ?
Certes, ce parti avait longtemps ignoré le rôle fondateur de Georges dans la naissance de notre Résistance Nationale, jusqu’à ce que récemment Sayyed Hassan Nasrallah reconnaisse en sa figure ce rôle ; mais de là à le désigner comme commanditaire relève d’une basse manœuvre visant à discréditer notre Résistance, à saper l’unité de ses forces composantes, préalablement à sa liquidation.

Quant à l’entité sioniste jamais désignée une seule fois, perçue comme seul pays démocratique et attaché aux Droits de l’Homme, elle possède son histoire, celle de ses commandos couverts par son Mossad qui n’ont jamais hésité dans des moments opportuns à débarquer sur notre sol en vue d’assassiner des grandes figures de la Résistance Arabe, comme aussi celle de ses agents locaux semant la terreur et les massacres sur notre sol.
Bizarre que ce fameux tribunal
ne puisse évoquer rien qu’une seule fois cette entité lors de ses enquêtes.

En attendant la vérité, toute la vérité sur la série d’assassinats, une seule certitude persiste : le commanditaire avait agi parce qu’il fallait éliminer un danger permanent : le fondateur de notre Résistance Nationale, l’unificateur de ses composantes à travers son historique appel à résister face à l’envahisseur sioniste et à se agressions répétées.



Georges est tombé et depuis des milliers de Georges sortent de l’ombre à sa place, le battement de leurs cœurs étant celui de notre Résistance.
Et ce ne sont ni les provocateurs de notre dernière guerre civile et assassins, avec leurs récents appels à
innocenter les collaborateurs comme Antoine Lahd, ni le clan persistant à être l’écho de l’impérialisme et de ses visées pour notre région qui ont le moindre attachement à la Justice et la moindre volonté de faire jaillir enfin la vérité.
Nous leur disons haut et fort : Ne touchez pas à notre Georges.




Aucun commentaire: