vendredi 1 juillet 2011









LIBAN
DERRIERE CE TSL SE CACHENT LES ASSASSINS







Par Mariam Karouni

BEYROUTH (Reuters) - Le Tribunal spécial pour le Liban (TSL) mis en place par l'Onu après l'assassinat de l'ex-Premier ministre Rafic Hariri a fait parvenir à Beyrouth quatre mandats d'arrêts internationaux, a indiqué jeudi le parquet libanais.

Le TSL, dont la formation découle d'une décision du Conseil de sécurité de l'Onu, est la première juridiction internationale compétente pour juger de cet attentat au camion piégé contre Hariri, qui avait aussi coûté la vie à 22 autres personnes en février 2005 à Beyrouth.

Cette initiative a été qualifiée de "moment historique" par Saad Hariri, fils de l'ancien chef de gouvernement assassiné et chef de file de l'opposition sunnite au nouveau gouvernement libanais, où le Hezbollah est désormais majoritaire avec ses alliés politiques.

Le procureur de la République du Liban, Saïd Mirza, a fait état jeudi de mandats internationaux lancés contre quatre personnes inculpées dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat d'Hariri, sans rien dévoiler de leur identité.

Des responsables libanais ont dit que Moustafa Badreddine, emprisonné au Koweït pour implication dans des attentats en 1983 et qui est le beau-frère de feu le commandant du Hezbollah Imad Moughniyeh, était visé par l'accusation.

Selon ces responsables, les trois autres suspects seraient Salim Jamil Ayyash, Hassan Issa et Assad Sabra. On ignore s'ils appartiennent au Hezbollah et quelles sont leurs fonctions au sein de l'organisation.

"LE TEMPS DE LA JUSTICE EST PROCHE"

Le puissant mouvement chiite, soutenu à la fois par la Syrie et l'Iran, nie toute implication dans l'assassinat d'Hariri et présente le TSL comme un instrument de la politique occidentale avec lequel il adjure le gouvernement de rompre, contrairement à ce que souhaite Saad Hariri.

Via sa chaîne de télévision Al Manar, le Hezbollah a affirmé jeudi que le TSL était "politisé".

Dans un communiqué aux termes soigneusement pesés, le gouvernement de Mikati, qui n'a que deux semaines d'existence, souligne l'importance de faire éclater "la vérité sur le crime concernant Rafic Hariri" et ajoute qu'il suivra de près les débats du tribunal.

Les autorités libanaises ont jusqu'à trente jours pour informer le tribunal des mesures prises à la suite de la réception des mandats d'arrêt internationaux, qui incluent également un "prompt transfert" des accusés au tribunal.

Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a demandé aux pays de coopérer avec le TSL.

"Ban a appelé tous les Etats à soutenir le processus judiciaire indépendant, en particulier en coopérant avec le Tribunal spécial pour appliquer les inculpations et les mandats d'arrêts", a déclaré le porte-parole de l'Onu Fahran Haq.
Il a ajouté que Ban "attend du nouveau gouvernement du Liban qu'il respecte toutes les obligations internationales du Liban et de coopérer avec le tribunal spécial."

Saad Hariri a invité le gouvernement du sunnite Nadjib Mikati, imposé comme Premier ministre par le puissant mouvement chiite, à coopérer avec le TSL, qui a confirmé la délivrance de ces mandats.

"Le gouvernement libanais a le devoir politique, national, légal et éthique de remplir ses engagements envers le tribunal. Personne n'a de raison de fuir cette responsabilité", a déclaré Saad Hariri.

"Il est temps de mettre fin à ces affaires d'assassinats. L'ère des meurtriers est finie et le temps de la justice est proche", ajoute-t-il dans un communiqué.

L'assassinat d'Hariri, pour lequel Damas avait immédiatement été pointée du doigt, avait contraint la Syrie à retirer ses troupes du Liban après une présence de 28 ans.





Marc Delteil et Benjamin Massot pour le service français, édité par Gilles Trequesser










LIBAN RESISTANCE


Dénonce la machination mise en œuvre par les vrais assassins de Rafiq Hariri et exige du gouvernement libanais le rejet de l’acte d’accusation.


Répond à Saad Hariri qui ose déclarer que « l’ère des meurtriers est finie et le temps de la justice est proche ».

Qu’il commence d’abord à avouer de ses crimes commis depuis l’assassinat de son père…

Qu’il encourage également son plus fidèle allié, Samir Geagea, à faire de même.


Répond à Ban Ki-moon : Au nom du sang versé depuis cet assassinat, au nom de celui de nos enfants déchiquetés et pulvérisés à Qana, mon Peuple vous dit simplement et tout en doublant de vigilance : « Je ne suis pas prêt à coopérer avec les assassins et je ne le serai jamais … »

Pauvre pion sur l’échiquier de l’impérialisme, tu oublies que mon Peuple est têtu…





FRANCE
AFFAIRE D’OTAGES






9 otages avec parmi eux Shalit prouve bien qu'une partie de la classe politique française est bien prête à envoyer des mercenaires VOLONTAIRES pour combattre toute résistance d'un peuple. L'Histoire de l'humanité comporte plein d'exemples sur ce sujet.

Elle a même poussé son extrémisme jusqu'à confondre JOURNALISTE ou HUMANITAIRE ou une catégorie de ce genre et MERCENAIRE ENROLE DANS UNE ARMEE D'OCCUPATION.

Le comble c'est son hypocrisie : elle vient de nommer une des places de Paris "Place Mohamed Bouazizi". Attendons-nous un jour qu'elle nomme la place d'en face ou d'à côté "Place Guilad Shalit".

De plus pas un mot de sa part au sujet d'un autre français, palestinien de l'un de ses parents, jeté dans les geôles de l'entité sioniste, pour avoir osé crié fort contre l'Occupation et pour avoir osé porté les grandes valeurs de la RESISTANCE FRANCAISE JUSQU'EN PALESTINE.

Qu'elle se rassure, notre Résistance n'a aucun état d'âme; elle est et elle restera aussi dure qu'un roc tout en étant lucide et vigilante.

Par ailleurs, si la France néocoloniale veut son Chalit, qu'elle ait alors ce foutu de courage de faire pression pour que tous les prisonniers arabes, sans oublier Salah, soient libérés.


NB : J'ai bien noté le nom de son philosophe parmi les personnes qui revendiquent la libération de ce mercenaire; ce grand « intellectuel » qui se permet de donner des leçons de démocratie dans nos pays respectifs, espérant à travers ses hypocrisies, voir sombrer nos peuples dans les haines, les violences et les injustices et contempler, du haut de sa tour d'intellectuel l'éclatement de nos pays...


LA CAUSE DE JEAN MOULIN, DE LUCIE AUBRAC ET DE GUY MOQUET TRIOMPHERA PARTOUT, AU MOINDRE RECOIN DE RESISTANCE, DONC EN PALESTINE

VIVE LA RESISTANCE PALESTINIENNE






VIVE LA PALESTINE LIBRE



Aucun commentaire: