lundi 27 juin 2011

Le miroir se brisera…, et les masques tomberont…
















26 avril 2011

L’ancien Premier ministre socialiste, Laurent Fabius, au même titre que le secrétaire national du PS à l’international, Jean-Christophe Cambadélis, a exhorté mardi la France à «durcir le ton» contre le régime syrien,…

«Il faut une intervention de l’ONU rapide», a estimé M. Fabius sur Europe 1.

Après avoir relevé la «situation (géopolitique) particulière» de la Syrie, il a réclamé «dès maintenant la saisine des biens de la famille Assad à l’étranger».

«Il faut en même temps interdire de faire du commerce avec ces pays-là et il faut enjoindre M. Assad (le président syrien, ndlr) de stopper les massacres de la population sous menace de la Cour pénale internationale (CPI)», a ajouté l’ancien Premier ministre.

Si la France ne peut «intervenir militairement partout», Laurent Fabius a conclu qu’il fallait «durcir le ton».

«Il faut des sanctions sur la Syrie, il faut hausser le ton», a également jugé sur Canal + Jean-Christophe Cambadélis.

«Je suis très étonné que la France soit en deçà de la main par rapport à la Syrie. On est très dur à juste raison vis-à-vis de (Mouammar) Kadhafi et on ne dit rien vis-à-vis de la Syrie, c’est incompréhensible», a déploré le secrétaire national du PS à l’international.

Alors qu’on lui demandait si la France devait réclamer le départ du président Bachar al-Assad, M. Cambadélis a implicitement répondu par la positive.

«Si je prends les critères qui étaient ceux de M. Juppé, un dirigeant qui tire contre son peuple ne peut plus être le représentant de son peuple, on y est. A l’évidence il faut hausser le ton», a-t-il souligné.
(Source AFP)



26 juin 2011

Le ministre des affaires étrangères français, Alain Juppé, a estimé, dimanche 26 juin, que "la répression en Syrie continue de se déchaîner dans des conditions qui mettent en question la sécurité de la région puisqu'on est à plus de 10 000 réfugiés en Turquie et que les conséquences également sur le Liban et sur Israël peuvent être extrêmement dangereuses et inquiétantes", lors de l'émission politique Le Grand Jury/RTL/Le Monde.



26 juin 2011

Sur France 2, Laurent Fabius réitère sa demande d’une intervention rapide contre Bachar Al Assad.











LIBAN RESISTANCE

Sur les 22 198 110 habitants que compte la Syrie, et rien qu’à Damas et Alep, plus de 10 millions étaient descendus dans la rue pour exprimer à la fois leur rejet des violences, leur soutien aux réformes annoncées par leur Président et leur colère contre les ingérences étrangères.

C’est bien cet évènement qui tout récemment a dérangé Messieurs Jupé, Fabius et Cambadélis et qui devra logiquement les obliger à multiplier les efforts pour saboter le processus de changement naissant au Bilad Al Chaam.


Fabius, l’ « intelligence » sortie de l’ENA

Fabius, a bien saisi la « situation (géopolitique) particulière » de la Syrie ; ne s’agit-il pas à ses yeux d’un pays limitrophe à l’entité sioniste, ayant une partie de son territoire sous l’occupation et n’hésitant pas, à travers sa fermeté face l’hégémonie impérialiste et l’expansionnisme sioniste, de soutenir la résistance des peuples palestinien, libanais et irakiens ?

Aujourd’hui, ce monsieur se déchaîne, voulant à tout prix faire subir à la Syrie le même sort que celui de la Libye, car il sait que l’aboutissement de la démocratie fera inéluctablement renforcer l’attachement du peuple à sa souveraineté, sa détermination pour libérer le Golan et sa solidarité avec les peuples frères.

A ses yeux, il faut absolument saboter le processus de changement démocratique et de réforme avant qu’il ne soit trop tard. Toute initiative de démocratisation doit être combattue et tous les moyens, notamment ceux attisant les haines et semant les violences, devront être mis à contribution. Il a bien constaté que les pressions économiques risquent fort d’être insuffisantes.

Le 26 juin 2011, sur France 2, cette « intelligence » sortie de l’ENA a tenu des propos insupportables lorsqu’il a assimilé les grands mouvements revendicatifs populaires à des « mouvements de foules dangereux ».

Ainsi, les 4 millions de français qui étaient descendus dans les rues pour défendre l’un de leurs acquis sociaux, comme les dizaines de millions de syriens qui sont descendus dans les rues le 21 juin revendiquant démocratie, libertés, paix civile et souveraineté nationale, soutenant l’initiative présidentielle de réformer, sont à ses yeux des exemples de mouvement de foule à combattre, puisque dangereux.

Ce social démocrate a, malheureusement pour le Peuple de France, eu raison puisque son mouvement a su, à temps, faire avorter un processus qui devait obliger le gouvernement Sarkozy à renoncer à sa réforme des retraites.

S’il croît fortement que sa croisade contre la volonté et la détermination de plus de 50 % de la population syrienne assimilés à des foules dangereuses portera ses fruits, alors il se trompe lourdement.

Ni les « révolutionnaires », ni les salafistes pro-saoudiens, enrôlés dans sa croisade, directement soutenus par l’impérialisme, voire même par l’entité sioniste, ne pourront faire plier ce grand mouvement populaire.


Et son ami Juppé s’y met …

Quant à son ami Juppé, il a au moins deviné les conséquences d’une démocratie en Syrie déjà laïque, lorsque le 26 juin 2011, il avait déclaré que « les conséquences de ces évènements sur le Liban et sur Israël peuvent être extrêmement dangereuses et inquiétantes ».

Un pouvoir démocratique et laïc en Syrie : un exemple que le Pays des Cèdres ne doit pas suivre puisque le régime confessionnel imposé en 1943 par la France Coloniale, non seulement est en parfaite symbiose avec les intérêts impérialistes, mais aussi qui provoque des tensions et des guerres civiles cycliques profitables à l’entité sioniste.

Un pouvoir démocratique et laïc en Syrie : un grand danger pour « Israël » puisque sous ce pouvoir, l’attachement du Peuple à ses fondamentaux et sa détermination à libérer son territoire occupé, seront inéluctablement renforcés.

Le miroir se brisera...et les masques tomberont.







Pour conclure, Liban Résistance rend hommage aux soldats et civils tombés martyrs dans le combat contre le terrorisme salafiste qui, sans l’appui de l’impérialisme, n’aurait jamais pu mettre les pieds sur cette terre, fierté de toutes les résistances…




Aucun commentaire: