jeudi 5 mai 2011













La réconciliation serait-elle trop belle pour être vraie ?







Certes cette réconciliation est un pas positif ; cependant, en se limitant aux appareils sans se propager et s’enraciner dans le peuple, elle sera vouée à l’échec.



Le peuple est appelé à se réconcilier avec son Histoire :

La Palestine dans toute son intégralité, avec un peuple, dans ses trois croyances musulmane, juive et chrétienne, uni et chéri

Il aura à exiger l’unité de sa résistance par l’abandon de la bipolarité et par l’adoption d’une stratégie unificatrice et révolutionnaire.

Ce peuple réconcilié aura à empêcher les arrestations, les convocations et les perquisitions ; il aura à exiger la dissolution de l’appareil sécuritaire de la Collaboration et la libération de tous les détenus politiques.
Sur la moindre portion de cette terre de Palestine, il est inconcevable de témoigner de la poursuite, de l’arrestation et de la détention d’un résistant ou d’un partisan.

Ce peuple réconcilié aura à réclamer les libertés d’expression et à exiger la gestion saine de ses affaires, dans la justice sociale.

Ce peuple réconcilié empêchera tout dérapage car les tentatives de l’ennemi ne manqueront pas. Ce dernier a et aura toujours ses atouts, notamment le financement, pour faire pérenniser l’esprit et l’acte de collaboration et pour répandre le désintéressement et la corruption dans la gestion des affaires internes.

La réconciliation limitée aux appareils, démunie de ses fondements et de sa dynamique révolutionnaire et unificatrice, coupée du peuple, sera trop belle pour être vraie.


De Ramallah à Gaza, des extrêmes frontières avec la Jordanie jusqu’au large de la Méditerranée, des frontières avec le Liban jusqu’à Rafah, l’espace témoignera sinon il jugera sans pardonner sur les actes.

Aucun commentaire: