lundi 21 mars 2011



NOTRE OBJECTIF :

UNE NATION NEGATION DE PLUS D’UN DEMI-SIECLE DE DICTATURES ET DE GOUVERNANCES A LA SOLDE DE L’IMPERIALISME, DE PLUS D’UN DEMI-SIECLE D’INJUSTICES, DE REPRESSIONS, DE PILLAGE DE NOS RICHESSES, DE SOUVERAINETES BAFOUEES ET D’UNE CAUSE ABANDONNEE…

L’IMPERIALISME S’ACHARNE A NOUS EMPECHER DE L’ATTEINDRE…MAIS SI NOS PEUPLES DESIRENT LA VIE, IL NE RESTE PLUS A LA FATALITE QUE DE SE SOUMETTRE…



Pendant plus d’un demi-siècle, l’impérialisme s’était attelé à mettre en place des gouvernances qui lui ont permis de préserver ses intérêts ; il n’a pas hésité, tant que la conscience collective de nos peuples faisait défaut, croyant à la fatalité, d’intervenir par ses sales manœuvres, chaque fois que la moindre révolte ou la moindre résistance, tentait la moindre réforme ou la moindre consolidation de la souveraineté nationale.

Aujourd’hui, l’impérialisme ne pouvant pas imposer à nos peuples son modèle connu sous le nom de « Nouveau Moyen Orient », essuyant des échecs en Afghanistan, en Iraq et face aux résistances palestinienne et libanaise, assistant à l’incapacité des régimes arabes à sa solde de pouvoir tenir en réprimant les peuples et leurs jeunesses aspirant à la justice sociale, aux libertés et à la souveraineté, manœuvre sur la base de six grandes logiques, à savoir :

1- Mener des campagnes de désinformation voulant tantôt discréditer les résistances et saper l’unité populaire autour de justes revendications, en semant les haines confessionnelles et tribales, tantôt mobiliser les éléments intérieurs à sa solde, dans l’objectif à la fois de liquider les résistances et d’empêcher la chute de l’ordre établi et l’avènement d’un nouveau modèle de société ;

2- Faire intervenir ses plus fidèles des régimes dictatoriaux pour une ingérence flagrante dans les affaires intérieures des pays qui témoignent de révoltes ou de soulèvements, allant jusqu’aux répressions sanglantes ;

3- Couper les têtes des régimes dictatoriaux au bord de la chute, puis les remplacer par d’autres pions, voulant ainsi préserver la continuité du système dictatorial et de son modèle de société ;

4- Faire avorter les révolutions naissantes par ses manœuvres de désinformations, de chantages et de pressions de toutes les sortes, espérant là aussi sauvegarder le modèle de société permettant à la fois la poursuite du pillage des richesses, le maintien de l’ordre capitaliste ou d’exploitation de nos peuples et la soumission complète à ses diktats dans la région ;

5- Œuvrer pour l’éclatement des pays et pour une nouvelle partition sur des bases confessionnelles, ethniques ou tribales, sapant ainsi l’unité des peuples et leurs souverainetés nationales et générant des conflits sanglants ;

6- Enfin, si toutes ses manœuvres n’aboutissent pas, créer alors les conditions objectives, et surtout subjectives, pour une intervention militaire et l’occupation, en vue du pillage direct des richesses et d’imposer par la force ses diktats.



Ceci étant dit, depuis 2006 jusqu’à ces jours-ci, nous témoignons d’évènements qui ont secoué la région du Moyen Orient.


En Iraq, l’Occupation n’a pu imposer au peuple la partition définitive du pays ; mieux encore, la Résistance s’est consolidée et tout récemment le peuple commence à manifester son mécontentement et à exprimer ses exigences de profondes réformes et de justice.


Au Liban et à Gaza, l’impérialisme et ses alliés arabes connus sous le nom de la Collaboration, soutenant la puissance de feu et de destruction de son bastion sioniste, n’ont pu écraser la Résistance ni imposer leur Grand Moyen Orient.


En Tunisie et en Egypte, les pions sont tombés et l’impérialisme s’acharne en ce moment à vouloir faire avorter la Révolution.


La Libye témoigne en ces moments difficiles d’un massacre de populations perpétré par le régime de Kadhafi, un régime qui pas plus qu’hier était fortement soutenu par les puissances impérialistes ; pire, la coalition impérialiste constatant l’incapacité du dictateur à préserver le modèle de société assurant le pillage, vient de déclencher son agression contre le peuple, avec l’appui des régimes arabes qui lui sont à sa solde, espérant à terme occuper les territoires et s’emparer de leurs richesses ou tout au moins remplacer l’actuel régime par un autre équivalent sous prétexte d’apporter au peuple démocratie et liberté.


Au Yémen et au Bahreïn, l’impérialisme soutient encore les régimes vacillants en apportant son appui à la répression des peuples yéménite et du Bahreïn.
Concernant ce dernier, il n’hésite pas d’attiser les haines confessionnelles jusqu’à bénir l’invasion saoudienne du pays.


Au Liban, de nouveau il revient avec son acharnement à vouloir liquider la Résistance par le biais de son fameux tribunal et des manœuvres de ses pions locaux et à vouloir imposer ses diktats par le biais du FMI en s’appuyant sur le système confessionnel.

Mais le peuple et sa jeunesse ont déjà amorcé un mouvement pour venir à bout de ce système et d’un modèle de société hérités du mandat français, causes de tous les malheurs qu’ils subissent depuis l’indépendance.


En Palestine, il soutient par son silence, voire par ses discours hypocrites et sans effet, la poursuite du programme sioniste d’annexion des terres et de construction de nouvelles colonies. Il participe au blocus imposé à Gaza, privant ainsi la population du moindre moyen de survie, et soutient les agressions répétées des forces de l’Occupation.


Malheureusement, la Syrie n’est pas épargnée de ce tsunami.

L’esprit et la pratique de la dictature et de la Pensée Unique face aux aspirations du peuple et de sa jeunesse à la liberté et à la justice sociale appartiennent au passé ; de plus ils portent préjudice à la résistance et à la formidable solidarité du peuple avec les peuples frères en lutte, particulièrement avec les peuples libanais et palestinien.

Le Président le sait et devra porter les revendications exprimées par le peuple et sa jeunesse.

Il doit admettre qu’on ne peut pas à la fois avoir un pied dans la Résistance face à l’impérialisme et son bastion sioniste et l’autre dans l’injustice et la répression.




Conclusion

Face aux agressions des puissances impérialistes, les forces patriotiques et progressistes arabes devront non seulement soutenir la lutte de nos peuples et nos jeunesses, mais aussi contribuer fortement à la construction d’un nouveau modèle de société dont les fondamentaux sont la justice sociale, les libertés individuelles et collectives, la souveraineté nationale et la solidarité envers la grande cause : la Palestine.

La construction de ce nouveau modèle ne sera pas facile car les puissances impérialistes feront tout pour l’empêcher en commençant déjà par ses tentatives de faire avorter les révolutions naissantes en Egypte, en Tunisie et bientôt au Yémen.

Nous devons multiplier nos efforts de mobilisation de nos peuples par une prise de conscience collective à la fois des enjeux et de la nécessité historique de changement radical.


Aussi nous interpellons avec force les peuples du pourtour méditerranéen, français, espagnols, italiens, grecs, turcs, et chypriotes, avec leurs forces progressistes, afin qu’ils fassent pression sur leurs gouvernances respectives pour l’arrêt immédiat de l’agression en cours des puissances impérialistes contre le peuple frère de Lybie.



Le Liban aussi…

http://www.aloufok.net/spip.php?article3781




Non à l’agression des puissances impérialistes contre nos peuples…

http://www.aloufok.net/spip.php?article3770

http://www.aloufok.net/spip.php?article3788

1 commentaire:

Antar Ibn Chaddad الحقيقية a dit…

salut, ne t'inquiète pas cette décennie 2010-2020 verra la victoire des peuples contre les oppresseurs de toutes sortes, je te dirais en quelques sorte c'était écrit ...
salama a3âlikoum et au peuple du Liban.