vendredi 8 octobre 2010







Sayyidi, tu as planté le millionième arbre sur ta propriété…

Sayyidi, comme tu le dis, si chaque citoyen faisait pareil, nos lieux de vie seraient le paradis…

Sayyidi, j’irai plus loin : « Si tout citoyen, sortant de chez lui pour pique-niquer quelque part dans la nature, prenait un sac pour éventuellement ramasser les ordures et toutes sortes de pollution, notre Liban serait alors encore plus beau et plus reconnaissant… »


Sayyidi, ma mère, avant qu’elle ne fuie la terreur fasciste des Gemayel et Geagea, avait, lors de sa visite de la forêt des cèdres de Bchareh, voulu acquérir un plant.

Ma Mère : « Je souhaiterai acquérir un de ces plants mais je sais que cela me coûterait un peu cher. »

Le vendeur : « Madame, désolé. »

Ma Mère : « Mais tu ne peux pas me le refuser car je dois le planter sur mon sabil* dédié à Saint Georges (Mar Geries). »

Le vendeur : « Saint Georges ?!!! Je lui offre ce plant. »

Ainsi, ma Mère de retour à domicile, avec cette offre dans ses mains, ne tarda pas à se mettre en besogne : le plant était déjà enraciné sur terre.

……….
……….


Un jour de la mi-quinzaine d’avril 1976, les milices phalangistes assiégèrent la demeure et y pénétrèrent de force.

Ma mère fut humiliée ; on lui reprochait d’avoir mis au monde un communiste.
……….
……….


Ma mère, de peur de perdre ses chers, s’était alors, en compagnie de toute la famille, réfugiée en France.



Elle se trouve en ce moment, après plus de trente quatre années de souffrances, à l’hôpital de Salon de Provence, luttant contre le cancer…

Ses propos que je viens juste d’écouter :


« Peu importe…Pourvu que le jeune cèdre grandisse sur une terre connue pour son noble idée :
وطنٌ حر و شعبٌ سعيد »


Photo du Sabil et du jeune cèdre, prise le 5 août 2010







sabil* : Espace privé ouvert au public, dédié à un saint chez les chrétiens maronites libanais. L’espace en question est toujours ravitaillé en eau par une source située au plus haut sommet du village, connu sous le non de « Mar-Geries-Le-Haut »

Aucun commentaire: