jeudi 7 octobre 2010



OCTOBRE, LE MOIS DE LA CUEILLETTE DES OLIVES



ON INTERDIT A MEYS EL JABAL DE CUEILLIR SES OLIVES
(Meys El Jabal - 6 octobre 2010)





Une patrouille sioniste a menacé de ses armes les paysans propriétaires des oliveraies situées sur le territoire de Meys El Jabal, dans le secteur frontalier. Les paysans voulaient, comme à chaque époque du mois d’octobre, cueillir leurs olives.

Comme si ces menaces à l’encontre de nos paysans ne suffisaient pas, des unités du contingent népalais de la Finul étaient intervenues pour leur interdire l’accès à leurs oliveraies.

Suite à cet incident, l’armée libanaise fut interpelée par les habitants de Meys El Jabal qui ne demandent que de pouvoir récolter leurs olives.

Comme d’habitude, on poursuit la victime tout en ignorant l’agresseur.

Sans doute, les Gemayel, Geagea et Sanioura accuseront les habitants de Meys El Jabal de « hors la loi » ainsi que le territoire de Meys El Jabal, avec ses oliveraies, d’être « hors de l’Etat de Droit ».

Même sort pour les fermes de Chebaa, pour Kfar Chouba et ses collines ou encore pour Ghajar…



Des photos qui racontent et témoignent…


Le centre de Meys El Jabal à 1,28km de la ligne "bleue"





Meys El Jabal en hiver




Meys El Jabal en été



Ghajar coupé en deux (la ligne jaune représente ce que la Finul nomme « la ligne bleue »


Kfarchouba, après le passage des "civilisés"

Kfarchouba la belle et rebelle









Des balançoires qui irritent l’armée
la plus « démocratique »,

comme la qualifie l'Occident Impérialiste








Les sionistes menacent ; ils veulent la disparition de ces balançoires installés sur le territoire libanais, face aux colonies.


Ce petit jardin et ces balançoires ont été installés par le conseil iranien d'aide à la reconstruction du sud, après la destruction du pays par les sionistes en juillet – août 2006.

Le 14 octobre, le président iranien viendra inaugurer cette nouvelle construction au sud.

Et les sionistes sont furieux, mais furieux... et ils menacent.

Ils ont déjà mobilisé les chancelleries européennes pour faire pression sur notre Président de la République, pour ne pas recevoir le président iranien.


Bienvenu Monsieur le Président…
Khosh Amedid !





Aucun commentaire: