mardi 28 septembre 2010




Le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), Richard Prasquier, a salué lundi la "ténacité" dans la recherche de la paix du président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.

"Nous souhaitons que les négociations continuent", a dit Richard Prasquier à l’issue d’un entretien avec Mahmoud Abbas en début de soirée dans un hôtel du centre de la capitale.

"Mais les accords ne se font pas uniquement sur le papier, ils se font dans la tête des gens, et dans la tête des gens, il faut développer une éducation du respect des uns et des autres et mettre à bas toute cette éducation à la haine qui touche les juifs du monde entier", a-t-il ajouté.

Richard Prasquier a estimé que la question du moratoire était un "élément mineur dans la mesure où des constructions visent à apporter des solutions à la croissance naturelle d’une communauté".

Le Crif se définit comme "la voix officielle et politique" de la communauté juive en France qui compte quelque 600.000 personnes.








"Peut-être que je te dérange"

"non, j’allais m’arrêter... j’ai suffisamment lu pour aujourd’hui... que me veux-tu ?"

"je voulais savoir ce que signifie précisément le verbe -admirer-"

"c’est lorsque tu éprouves un sentiment d’admiration à l’égard de quelqu’un ou quelque chose"

"oui mais là... tu me fais tourner en rond"

"comment ça ?"

"c’est quoi l’admiration ?"

"c’est un sentiment de satisfaction, de joie, éprouvé envers quelqu’un ou quelque chose qui réalise un certain idéal de grandeur, de noblesse, de beauté..."

"je vois, je vois... ça doit donc être un sentiment de satisfaction"

"mais de qui parles-tu ?"

"C’est Richard Prasquier, ce matin sur RMC... tu sais qui c’est ?"

"oui, bien sûr... celui du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif)"

"lui même... il a déclaré qu’il -admirait- la ténacité de Mahmoud Abbas dans sa quête de la paix avec Israël et qu’il le lui dirait à leur rencontre de ce soir"

"absolument... ça signifie qu’il est satisfait d’Abbas... et alors ?"

"c’est inquiétant ne trouves-tu pas ?"

"pourquoi ?"

"parce que Prasquier répète, à qui veut l’entendre, l’attachement de la communauté juive de France à la poursuite du processus de paix et à l’existence ultérieure de deux États, un État du peuple juif et un État du peuple palestinien"

"et alors ?"

"alors, alors... la question est "que deviennent les Palestiniens de 48 dans le cadre d’un Etat du peuple juif ?"

"eeuuuhhhhh.... sûrement que Prasquier envisage-t-il, comme les dirigeants israéliens, leur transfert dans l’Etat palestinien"

"le - t r a n s f e r t - .... dis donc, c’est pas du tout admirable ça... surtout de la part d’un juif... et puis..."

"et puis quoi ?"

"dans le cas d’un transfert, elle devient très, très, très suspecte"

"quoi ?"

"l’admiration de Prasquier pour Abbas"

"... !?"

Al Faraby
Mardi, 28 septembre 2010




Et Abbas persiste à…..et à…..puis à….et encore à….
Drôle de Pétain...

Aucun commentaire: