vendredi 9 avril 2010



Un message a été publié ce jour sur le site de Bertrand Delanoë, à cette adresse :

http://bertranddelanoe.net/leseditos/editocentral/pays-confluent/comment-page-1/#comment-654


Ceci, en réponse à son article publié sur la même page.

Ci-dessous une copie de ce message, en cas où il serait supprimé.

Monsieur le Maire,

Nous apprécions votre approche de l'espace urbain de Beyrouth et de la qualité de mon Peuple que nous pouvons résumer en un seul mot : la Résistance.

Mais aussi sachez, Monsieur le Maire, que nous ne pouvons pas comprendre vos initiatives répétées de baptiser plusieurs lieux de rencontre et de solidarité dans Paris sous les noms de criminels comme Ben Gourion (Plus de 500 villages de la Palestine ayant, par ses bras, eu le même sort qu'Oradour sur Glane), ou encore vos sympathies envers une entité qui n'a jamais hésité à massacrer jusqu'à nos enfants; souvenez-vous de QANA deux fois meurtrie ou de GAZA meurtrie et mourant d'une mort lente que lui inflige cette entité occupante.

Monsieur le Maire, au Pays des Cèdres, il y a des femmes et des hommes qui apprécient Paris, celle de la Commune ou encore celle de ces résistants à l'occupation nazie. Ces femmes et hommes répètent avec fermeté cette belle phrase de Louise : Le verbe "résister" doit toujours se conjuguer au présent.

Croyez-nous, Monsieur le Maire, en tant que Franco-Libanais, de surcroît, parisiens, notre conscience aura dorénavant son écho et son mot à dire à tous les rendez-vous de l'espace politique parisien...

Bien à vous,
Raymond Richa
Franco-Libanais

Aucun commentaire: