mardi 6 avril 2010





Les choses prennent un tout autre sens ici (…) On doit en tirer la vraie leçon, c’est qu’on doit se battre contre toutes les formes de répression et d’oppression, en tout lieu et en tout temps.
(Mohammed Barakeh, dirigeant du Parti Communiste d’Israël)






Le 10 mars dernier commençait le procès politique du secrétaire général du Hadash (Front Démocratique pour la Paix et l’Egalité) et dirigeant du Parti Communiste d’Israël, Mohammed Barakeh.


Au-delà de ce procès, l’enjeu est important car ce sont les libertés d’expression et de manifestation qui sont menacées. Par ailleurs, avec ce procès, l’entité sioniste cherche à intimider les militants pacifistes, musulmans, juifs et chrétiens de cette Palestine, maintes fois rejetée et bannie.


Personnalité dangereuse du fait de sa lutte pour la paix, Barakeh a déjà été à plusieurs reprises menacé de mort et contraint à limiter ces mouvements. Cela ne l’a pas empêché de participer aux manifestations contre les nouvelles colonies.


La solidarité avec le dirigeant communiste s’exprime déjà en Israël et en Palestine. Dès le premier jour du procès, plusieurs dizaines de militants pacifistes dont des membres éminents de Hadash – les députés Dov Khenin, Afou Agbaria et Hanna Swaid – se sont rassemblés au Tribunal de Tel-Aviv pour manifester leur indignation et leur colère.


Barakeh avait dernièrement participé à un hommage rendu aux victimes de la Shoah à Auschwitz, en tant que membre d’une délégation de la Knesset.

Ainsi, attaqué par les sionistes – pour qui un arabe, de surcroît communiste, ne peut s’associer aux commémorations de l’Holocauste – comme par les milieux islamistes – qui confondent antisionisme et antisémitisme, Barakeh avait néanmoins refusé de céder à ces menaces et avait prononcé dans l’ancien camp d’extermination un discours vibrant, tourné vers le présent comme vers un avenir qui s’assombrit, concluant ainsi : « Les choses prennent un tout autre sens ici (…) On doit en tirer la vraie leçon, c’est qu’on doit se battre contre toutes les formes de répression et d’oppression, en tout lieu et en tout temps. »




Aurons-nous la lucidité et le courage pour comprendre le sens profond de ces mots prononcés par ce militant communiste ?


Le combat de Barakeh est également le nôtre car il est inséparable du combat pour la fin de l’occupation et de la colonisation de la Palestine et pour la paix !

Aucun commentaire: