mardi 26 janvier 2010




LE GRAND CAPITAL DE L’INDUSTRIE, LA MAFIA ET LA CORRUPTION, MAJORITAIREMENT ARABES, CONTRIBUENT A L’EDIFICATION DU MUR EN ACIER.




D’abord le grand initiateur de cette opération est le dénommé Ahmad EZ, membre de la commission politique au sein du Parti National Démocratique Egyptien.



Avant l’entré de cet individu dans la scène politique, il était un simple homme d’affaires, jusqu’à sa fulgurante ascension politique grâce à ses étroites relations d’amitié avec l’ambassade de l’entité sioniste en Egypte.



Cette entité est bien consciente que le plus court chemin pour atteindre le plus haut sommet politique de l’Etat se concrétise par la conjonction du grand capital et des affaires, c’est ainsi qu’elle a façonné cet individu jusqu’à lui permettre d’approcher le Président Moubarak en personne et d’avoir une grand influence sur lui.



Ahmad EZ porta le dossier relatif à l’édification du mur d’acier et le proposa à Moubarak. Son contenu de plusieurs pages justifie cette édification en avançant deux principaux arguments :



1- Ce mur permettra à l’Egypte de prouver ses bonnes intentions vis-à-vis des critiques américano sionistes envers le régime égyptien accusé de laxisme quant à la fermeté au regard de la fuite d’armes vers Gaza ;



2- Ce mur évitera les bombardements massifs sionistes le long des frontières, bombardements risquant de fragiliser la partie du territoire égyptien limitrophe à Gaza, avec pour conséquence immédiate une révolte populaire qui risquerait de fragiliser le régime.




Ajoutons à cela que notre individu Ahmad EZ, déjà accusé pour ses relations avec la mafia spécialisée dans la fuite des richesses archéologiques égyptiennes vers l’étranger, aura du grand profit à tirer de cette opération puisqu’il est également propriétaire d’usines fabriquant acier et ciment, d’autant plus qu’il trouvera dans celle-ci une opportunité pour provoquer la hausse des prix de ces matériaux.






Enfin, ci-après la liste des principaux acteurs impliqués dans cette opération :

La société Egyptienne EZ de l’acier et du ciment ;

La société arabo suisse de l’Ingénierie et du commerce du Ciment ;

L’entreprise Cimex ;

La société Import – Export spécialisée dans la fourniture de matériaux aux industriels de l’acier ; il faut savoir que cette société appartient à un certain Mohammad Tabet, parent proche de Moubarak ;

La société Israélienne Qanaan ;

Une société égyptienne spécialisée dans la fourniture d’abris de chantier ;

Une société égyptienne spécialisée dans la fourniture de la logistique pour les grands chantiers ;

La société Ab Del Chahid spécialisée dans le gros matériel de chantier et de transport ;

Les deux sociétés Sica et Al wafa’a spécialisées dans l’isolation et le traitement du ciment ;

La société Acro spécialisée dans la précontrainte et le câble ;

Une filiale de la société Pepsi Cola pour la fourniture des eaux minérales à la main d’œuvre de chantier ;

La société américaine Coleman spécialisée dans le câble électrique ;

Le Bureau International de l’Import-export.


Remarque : cette liste est loin d’être exhaustive puisque le financement, l’assistance technique, la supervision des travaux et la haute technologie (à savoir, la mise à contribution des satellites artificiels dans la surveillance du mur et de la frontière) sont assurés par la troïka américano-franco-sioniste.







Ce mur, « monument architectural » qui fait la fierté de Moubarak et de son régime, sera édifié…



Le Grand Capital en tirera de grands profits…



Quant au Peuple d’Egypte, il aura rendez-vous avec l’ultime instant qui témoignera d’abord de la chute d’un régime, ensuite de la chute du mur.

Aucun commentaire: