dimanche 26 juillet 2009

LE GENIE DU XXIEME SIECLE NOUS REVIENT



Ce génie nous revient avec sa géniale idée d’une forme de résistance bien évidemment fondamentalement différente de l’acte de résistance.

De plus, ce génie du siècle nous promet sans le dire et sans aucun doute, son retour aux affaires en qualité de premier ministre, avec évidemment l’appui du régime égyptien qui sans doute multiplie actuellement ses efforts d’ingérence dans nos affaires, au point de bloquer le processus de formation du gouvernement.

Il fera l’impossible pour que ses visées aboutissent et pour qu’enfin il nous impose sa géniale résistance, copiée collée de celle qu’on connaît chez les Moubarak ou Abbas ou encore chez les dirigeants arabo - musulmans à la solde de l’impérialisme américain.

Ce génie ne croît pas, même pas une seconde, à l’acte de résistance ; je dirai même qu’il appartient à la tare bourgeoise et de par cette appartenance, il n’est apte qu’à émettre les idées parfaitement compatibles avec ses intérêts de classe, et tout particulièrement la fausse idée de résistance qui porte le nom de collaboration, et à les mettre en pratique.


Crachée enfin, l’idée géniale de faire de la résistance par la collaboration.

Comme si la Collaboration n’a encore jamais existé et mise à l’épreuve durant plus d’un demi siècle ; comme si les dirigeants sionistes allaient, pour la première fois et grâce à elle, se soumettre et nous rendre sur un plateau en or à la fois la terre volée, la souveraineté quotidiennement bafouée et la dignité de notre peuple.

Mais que cherche-t-il derrière cette idée ?

Pourquoi ce génie l’évoque sans la divulguer en ces moments même, c’est-à-dire ces moments où l’Occident lance son offensive médiatique contre la présence de notre Résistance au sud du Litani et tente de transformer la FINUL en une force sous les ordres de l’Occupation ?

Est-ce le début d’un conditionnement psychologique de notre peuple, visant à lui faire admettre la nécessité de la liquidation de notre Résistance, mais cette fois-ci et comme le souhaitent les dirigeants sionistes, par des bras libanais ?

De concert, il faut également le dire, Samir Geagea s’y met également. Oui, Le président du conseil exécutif des Forces Libanaises a déclaré, ce samedi 25 juillet 2009, que l’expression « résistance libanaise » porte, désormais, plusieurs sens différents de la signification que nous connaissions…


Une seule question que tout libanais aurait envie de leur poser :

Résister en collaborant ; mais alors collaborer avec qui pour résister contre qui, pourquoi et comment ?

Une question qui n’aura, aujourd’hui, une réponse ni de la part de notre génie du XXIème siècle, ni de la part de Geagea. Cependant, belles perspectives pour leur programme de gouvernance qui ne se concrétiseront qu’après le conditionnement psychologique du peuple.

L’intelligentsia bourgeoise et sa clique fasciste savent qu’écraser la Résistance n’est pas une mince affaire.

Aucun commentaire: