dimanche 31 mai 2009

Propos aussi faibles que les "faibles esprits"...

VOUS AVEZ DIT "FAIBLES ESPRITS" ?


Il faut avoir le courage d'admettre une évidence historique : la lutte pour la souveraineté de notre Liban est à la fois amère et aussi dure que le roc car elle opère simultanément dans les domaines de la libération et du changement démocratique, ce changement tant indispensable à l'éradication de la misère qui est responsable de notre tentation de trahir.

Oui, la misère nous trahit; mais aussi aurons-nous le courage d'admettre enfin que le générateur de cette misère, œuvrant depuis plus d'un demi siècle sous la bannière du confessionnalisme qui nous a toujours confisqué notre citoyenneté, est le premier responsable de notre indifférence qui nous pousse jusqu'à collaborer avec l'ennemi ?

Il ne s'agit pas de faibles esprits qui collaborent; il s'agit d'un système, n'étant même plus capable de survivre, génère des situations et des moments fertiles à la tentation de collaborer et risque de liquider définitivement notre Résistance.

Malheureusement, des forces composantes de notre Résistance, n'ont encore pas admis que la lutte pour la libération et celle pour un changement démocratique sont comme deux facettes d'une même médaille : l'une ne peut sans l'autre; l'une, sans l'autre, est orpheline et démunie de la moindre dynamique.

Pire, nous ne l'avons pas admis et nous nous contentons de faibles propos, aussi faibles que les "faibles esprits"...

Aucun commentaire: