jeudi 16 avril 2009


Je dédie cette page à Dalal






L’acte résistant……….synonyme de révolutionnaire






Un pays dont les richesses naturelles sont exploitées et acheminées vers les pays riches, avec sans la moindre contre partie revenant à son peuple, si ce n’est une très bonne rémunération de sa bourgeoisie et de ses dirigeants qui ont la mission de maintien de l’ordre capitaliste, est un pays occupé.

C’est ce que j’appellerai « occupation indirecte » puisque nul besoin d’une force occupante étrangère pour piller.

Un pays dont la main d’œuvre est surexploitée, au point de faire travailler ses enfants sous 45°C, voire 50°C et dès l’âge de dix ans, pour une rémunération qui atteint à peine les 0,50 centime d’euro par mois est encore un pays occupé, puisque cette main d’œuvre là est une manne offerte par la bourgeoisie locale aux différents capitalistes, à travers ce qu’ils appellent « le monde libre », qui n’hésitent pas d’en profiter en licenciant leurs ouvriers et en délocalisant leurs moyens de production.

Un pays dont les richesses et les ressources, humaines comprises, sont ainsi pillées par les grandes puissances de ce monde, avec un lot de misère absolue, de famine, de maladies, d’absence du minimum sanitaire, d’éducation et de sécurité sociale pour son peuple, est aussi un pays occupé.
Par conséquent, l’acte résistant dans ce pays sera inéluctablement l’unique salut pour son peuple puisqu’il est son unique voie vers la libération nationale.

Dans ce pays, l’acte résistant qui s’est assigné pour ultime mission de renverser l’ordre capitaliste et d’abolir un système fondamentalement collaborateur avec l’ordre capitaliste mondial, ne peut être que fondamentalement populaire, résolument tourné vers les solidarités naissantes et grandissantes des peuples déjà en résistance.

L’acte résistant face à toutes les formes d’occupation à travers le monde devient ainsi universel car il est le seul langage à tenir face à l’ordre capitaliste plongé dans sa profonde crise, tantôt tentant de se réadapter, tantôt regroupant, réhabilitant et réorganisant sa machine militaire déployée à travers le monde, prête ainsi à réprimer et à maintenir l’ordre révolu.

L’acte résistant, dans toute sa diversité et ses richesses culturelles, dans toutes ses expressions, religieuse comme du temps de la Théologie de la Libération, marxiste comme du temps de Lénine ou du Che, devient ainsi synonyme de l’acte à la fois, populaire, conscient, réfléchi, résolu, ferme et révolutionnaire.



Le 16 avril 2009
Raymond RICHA

1 commentaire: