vendredi 26 décembre 2008

MES VŒUX…


« La force du Liban est dans sa faiblesse… »

« Le salut du Liban est dans sa neutralité… »

Drôle de stratégie supposée encore défendre notre pays.

L’Histoire ne pardonne pas.

Elle n’a pas pardonné la stratégie pétainiste qui consistait, dans les années 40, à soumettre la France aux forces d’occupation nazies, ceci au nom de la sécurité et de la paix ; le Peuple de France, face à la gouvernance de la Collaboration, s’était ressaisi dans la Résistance jusqu’à la libération.

Dans notre pays, elle n’a pas pardonné la stratégie de la neutralité concrètement appliquée par nos gouvernances respectives depuis plus de soixante ans de politique d’abandon national et d’indifférence, cette politique laissant pleinement ouverts nos frontières sud et notre ciel aux forces armées de l’Occupation Sioniste.
Elle ne l’a pas pardonnée car le Peuple du Liban, face à l’abandon, s’était à plusieurs reprises ressaisi dans sa Résistance refoulant l’agression, jusqu’à prouver en juillet – Août 2006 la véracité de l’efficacité de l’acte résistant.





Pour conclure et en ce jour d’anniversaire de la naissance de l’enfant Jésus, cet enfant qui, adulte, avait visité les miens à Qana, je dédie mes vœux à notre Cardinal Nasrallah Sfeir et à son protégé Geagea en émettant un seul souhait : Que notre Résistance grandisse encore et s’enracine profondément dans nos cœurs et notre conscience…


25 décembre 2008
Un maronite libanais

Aucun commentaire: