mercredi 19 novembre 2008

Il faut faire vite et bien…


18/11/2008 - 17:25




En ce mardi 18 novembre 2008, 3 solidaires étrangers et 16 pêcheurs palestiniens qui se trouvaient dans la mer, près des plages de la bande de Gaza, furent arrêtés par l’occupation sioniste et conduits vers une direction inconnue…




Par ailleurs, une délégation de soutien à Gaza, représentant 20 organisations internationales fut interdite d'entrer dans la bande de Gaza…





Au même moment, plusieurs blindés militaires de l'armée d’occupation envahirent la région d'Al-Matbaq, à l'est de Rafah, dans la bande de Gaza, et ouvrirent le feu de manière inconsidérée sur les maisons résidentielles.

Quant aux bulldozers qui les accompagnaient, ils furent mis à contribution en détruisant et rasant de grandes surfaces de terres agricoles…




Pour sa part, Tzipi Livni, ministre sioniste des affaires étrangères, déclara vouloir assassiner des dirigeants de Hamas, une des composantes de la Résistance, ceci en réponse au lancement de roquettes.

Il faut savoir que ces roquettes étaient la réponse aux raids meurtriers de l’aviation sioniste sur Gaza qui tuèrent 16 palestiniens en moins de 2 semaines.

Le ministre sioniste du transport, Shaul Mofaz, appelait également à l'assassinat des dirigeants du Hamas, en évoquant un projet d'action d'urgence présenté au conseil sécuritaire qui, en ce moment, s’attèle à trouver la manière la plus appropriée pour traiter la nouvelle situation.



Il faut faire vite et bien, avant la fin du mandat de G.W. BUSH qui s’approche…, ceci, pour mettre devant le fait accompli le nouveau mandat présidentiel américain qui aura ainsi à charge d’assurer la continuité de la politique étrangère des Etats-Unis vis-à-vis de la Palestine…
N’est-ce pas Madame la Ministre des Affaires Etrangères ?


19 novembre 2008
Raymond RICHA

1 commentaire:

zahra al Nasr a dit…

mon ami, je viens de lire que les 16 pêcheurs avaient été libérés, mais pas les 3 "humanitaires".
et l'Onu est renvoyée à sa copie après le refus de Barak d'ouvrir les points de passage pour des convois humanitaires. C'est la rançon de la lâcheté onusienne qui n'a jamais fait appliquer aucune des résolutions intimant un ordre quelconque à l'entité sioniste.