jeudi 25 septembre 2008

Le "dérangeant" Parti Communiste Libanais





« Je rêve et aucune force de ce monde ne m'empêchera… »
Raymond RICHA


Sont nombreux ceux qui souhaitaient voir le qualificatif « Jammoul » s’effacer de la mémoire et que le Parti Communiste Libanais n’ait jamais été le Père d’une résistance à l’occupation israélienne.

Ceux-là ont été déçus car ce sont les communistes qui, au Liban, inventèrent la Résistance et qui n’ont jamais perdu la boussole.
Ils persévérèrent dans leur soutien à cette résistance, notamment durant la période où le flambeau était passé entre d’autres mains.


Il n’est pas facile pour un parti de s’attacher à son identité communiste dans un pays comme le Liban où il n’y a pas de place pour une politique qui ne soit pas conçue par les émirs de toutes les confessions, où la lutte est indésirable si elle ne s’adapte pas aux intérêts de classe des plus grands du commerce et de l’exportation ainsi qu’à ceux des hauts de la finance et de la spéculation….

Ainsi, il n’est pas du hasard que les adeptes du régime, depuis la naissance de ce dernier, s’accordèrent à œuvrer pour empêcher l’entrée à l’assemblée parlementaire d’un représentant de ce parti.
Ceci fut bien antérieurement à leur souhait de retour à des lois datant de cinquante ans en arrière ; il fut bien avant ladite « nouvelle gauche » qui consiste politiquement à choisir le camp de l’impérialisme et économiquement à opter pour le libéralisme ; il fut aussi bien avant que le simple fait, aujourd’hui, de mentionner le Parti Communiste dans la Résistance, devienne un effort difficile…


Il n’est pas facile qu’un parti communiste puisse encore exister, après cette formidable exploitation de la chute du régime soviétique, exploitation ayant pour objectif de liquider définitivement tous les acquis de la classe ouvrière à travers le monde, gagnés par tant de souffrances et de sang.

Le souhait, à travers cette frénésie de mettre à l’écart et de discréditer les partis communistes dans le monde et notamment au Liban, n’est nullement de combattre l’idée d’un régime politique ; le seul objectif recherché est d’éradiquer l’idée de résister à la domination de classe et d' inventer une autre alternative à la désorganisation du travail, à sa dispersion, ainsi qu’à l’actuelle forme de production qui ne peuvent subsister qu’à la seule condition : l’exploitation de l’homme par l’homme.

Il s’agit donc d’éradiquer cette idée qui inspire les ouvriers, les intellectuels, les artistes et les combattants, ceci depuis déjà un siècle.


Aujourd’hui, la moindre discussion au sujet de la justice sociale est qualifiée de pratique de la langue de bois ; qu’en sera-t-il alors s’il s’agissait d’un rêve d’un nouvel ordre économique ?

Sans doute quelques uns souhaitent mettre fin à ce rêve.


24 septembre 2008
Khaled Saghieh
Traduction : Raymond RICHA

Aucun commentaire: