dimanche 8 juin 2008

une recette de cuisine...

GESTION DES AFFAIRES COURANTES…

Un gouvernement censé être d’unité nationale sera celui de la gestion des affaires courantes jusqu’à l’échéance des élections législatives…


D’ici là, au sein de ce gouvernement, toute tentative de dérive de l’actuelle majorité sur des dossiers ou affaires à grands enjeux nationaux sera vouée à l’échec par la logique bloquante de l’actuelle opposition, arrachée dans l’accord survenu à Doha ; réciproquement, l’opposition ne pourra faire aboutir aucune de ses propositions puisque logiquement, sans aucune pression populaire, la majorité la rejettera…


C’est ce que j’appelle un gouvernement de statut quo, dans l’attente des élections législatives.



Cependant, une lueur d’espoir existe pour faire face à l’inertie gouvernementale : notre Président de la République réussira-t-il, comme le veut la démocratie, à initier un référendum populaire opposable au gouvernement, sur des grands sujets tels que l’adoption du principe de la proportionnelle dans toute loi électorale future ou encore les grandes réformes sociales et économiques qui ne peuvent pas attendre l’échéance des élections législatives ?



Aujourd’hui, Sanioura s’attèle pour faire aboutir le partage des rôles que les uns et les autres auront dans la gestion des affaires courantes, au sein de son gouvernement.


Mais le plus inquiétant est la tentative, sous prétexte de l’insécurité dans le pays qu’eux-mêmes génèrent, de quelques uns de l’actuelle majorité terriblement coincée dans sa crise politique interne, à nier leurs signatures au bas de l’accord de Doha en vue de redonner vie au projet américano israélo saoudien pour le Liban.


Que Dieu nous préserve du pire…Allah yi naggina mn’el aati…


8 juin 2008
Raymond RICHA

Aucun commentaire: