mercredi 4 juin 2008

Peu importe pour nous...

Peu importe pour nous que Sanioura réhabilité puisse retarder la formation de son cabinet.

Peu importe pour nous que des anciens ministres de la Collaboration osent encore diffamer et prêcher la haine alors qu’en ces moments difficiles, notre pays a surtout besoin d’une réelle unité nationale autour de son Président.

Peu importe pour nous que la marionnette Fatfat, le grand stratège de l’abandon national au sein du cabinet de la Collaboration, le grand penseur et organisateur du « Thé de l’Humiliation », en juillet 2006, se lance dans sa croisade de haine et de diffamations.

Peu importe pour nous que le grand assassin Geagea qui, pas plus qu’hier, avait fièrement déclaré que ses points de vue concordent parfaitement avec ceux de l’impérialisme américain, ose exiger des ministères pour sa clique fasciste.

Ce qui importe pour nous et que nous considérons très préoccupant, le retour en force sur la scène libanaise de responsables dans l’Administration Bush, notamment ceux de sa Défense et de ses Affaires Etrangères, multipliant leurs efforts dans leur tentative de torpiller le processus d’apaisement, de retour à la raison et d’entente nationale.

Pire encore, ce qui nous préoccupe, c’est une situation de blocage à laquelle nous assisterons dans les années à venir, avec une crise politique encore plus aigue et menaçante, en toile de fond une crise économique qui viendra frapper encore plus durement nos foyers sunnites, chiites, druzes, maronites, grecs catholiques et orthodoxes…bref, une panoplie de crises de toutes les sortes avec comme dénominateur commun leur caractère anti-confessionnel.



4 juin 2008
Raymond RICHA

Aucun commentaire: