mercredi 25 juin 2008

Nous ne pouvons pas à la fois...





Monsieur le Président,


Nous ne pouvons pas à la fois contester le droit du peuple palestinien à la résistance et honorer la nôtre qui s’est battue pour la libération de nos territoires de l'occupation nazie.


Vous avez qualifié de terrorisme la résistance d’un peuple et ainsi vous vous êtes assimilé à ces dirigeants nazis et à leurs valets vichystes qui n’hésitaient pas à qualifier la nôtre également de terrorisme.


Vous soutenez la création d’un état palestinien côtoyant une entité colonialiste, raciste et fasciste, une option qui ne pourra pas apporter la Justice et la Paix pour tous les peuples de cette région.


Ainsi vous continuez à nier le caractère d’indivisibilité de la Palestine que nous impose la lecture intelligente de l’Histoire, en rejetant la noble et juste idée de la naissance d’un seul état authentiquement démocratique et soucieux de ses enfants musulmans, juifs et chrétiens.


Sachez donc et nous ne cesserons pas de le répéter, que la France des deux Jean, plus explicitement celle de Jaurès et de Moulin, loin de partager vos propos et votre proposition absurde, renouvelle et renouvellera en permanence sa solidarité envers le Peuple de Palestine et sa résistance.


Cette France là, fierté de son peuple, restera fermement attachée à cette nécessité historique de la naissance d’un unique état libre et démocratique.


Nier l’Histoire en la falsifiant, pratiquer la désinformation par des discours flamboyant à la fois d’hypocrisie, de pure absurdité et de mépris au regard des peuples en lutte ne seront jamais l’esprit et l’acte de cette France que nous chérissons.

25 juin 2008
Raymond RICHA

Aucun commentaire: