samedi 14 juin 2008

AINSI FUT...N'EST-CE PAS SARKOZY ?





Le 16 mai 1916, faisant suite à un travail préparatoire épistolaire de plusieurs mois entre Paul Cambon, ambassadeur de France à Londres, et Sir Edward Grey, secrétaire d’État au Foreign Office, l’accord Sykes-Picot est conclu entre la France et le Royaume-Uni à Downing Street entre Sir Mark Sykes, et M. François Georges-Picot.


Il prévoit à terme un dépeçage du Moyen-Orient, c’est-à-dire l’espace compris entre la mer Noire, la mer Méditerranée, la mer Rouge, l’océan Indien et la mer Caspienne, alors partie intégrante de l’Empire Ottoman.


La Russie tsariste participe aux délibérations et donne son accord, comme l’Italie, aux termes du traité secret.


Le Moyen-Orient est découpé, malgré les promesses d’indépendance faites aux Arabes, en cinq zones :


Zone française, d’administration directe formée du Liban actuel et de la Cilicie
C'est cette administration qui fut à l'origine du Confessionnalisme politique imposé au peuple libanais : système de répartition des fonctions politiques entre plusieurs confessions

Zone arabe d’influence française comportant le nord de la Syrie actuelle et la province de Mossoul

Zone britannique d’administration directe formée du Koweït actuel et de la Mésopotamie

Zone arabe d’influence britannique, comprenant le sud de la Syrie actuelle, la Jordanie actuelle et la future Palestine mandataire

Zone d’administration internationale comprenant Saint-Jean-d’Acre, Haïfa et Jérusalem


La Grande-Bretagne obtiendra le contrôle des ports d’Haïfa et d’Acre.

Aucun commentaire: