vendredi 30 mai 2008

Un phénomène de société...un petit pas de plus...

La Résistance considère que, face au phénomène de tirer en l’air pour manifester un état d’âme, phénomène bien connu de tous les libanais, de toutes les régions, la simple condamnation ne suffit pas.

Elle réclame des actions concrètes et efficaces contre ce phénomène et interpelle à la fois la Société Civile, les partis et groupes politiques ainsi que les forces de sécurité, qui devront coordonner leurs actions à tous les niveaux, tant au niveau des actions pédagogiques et dissuasives qu’au niveau de l’efficacité et de l’impartialité de la Justice.

La Résistance interpelle le citoyen mis en face de sa conscience et de ses responsabilités ; la balle tirée, expression individuelle, voire même collective, d’un état d’âme irréfléchi et subjectif, reflète un comportement fondamentalement opposé à l’esprit, la lettre et l’acte résistants.

De nouveau, la Résistance interpelle les consciences individuelles et collectives afin que le fusil soit pour toujours prêt pour le rendez-vous avec un ennemi farouchement déterminé à liquider en nous, sur notre propre sol, l’amour pour notre Liban.

Une balle perdu, pire encore, celle tirée et venant déchiqueter une poitrine innocente, ou terroriser nos enfants sur leur chemin d’école ou encore inquiéter nos mamans, sont des petits pas vers l’ultime objectif de cet ennemi.


30 Mai 2008
Raymond RICHA

Aucun commentaire: