samedi 24 mai 2008

IGNORONS NOS FAUSSES IDENTITES...

Unis en ignorant par amour pour notre Liban nos fausses identités que les Grands de ce monde ont voulues pour nous…









Depuis Août 2006, l’unique programme gouvernemental du coup d’état « Sanioura » fut l’éradication de notre Résistance.

Mai 08 fut l’apogée de ses tentatives en voulant démanteler un des outils fondamentaux qui font la force de notre Résistance, en faisant avorter le mouvement revendicatif de notre Peuple, tout en lâchant ses milices armées, espérant ainsi l’affrontement de notre Armée avec notre Résistance et de là, le déclenchement d’une nouvelle guerre civile.

Ce programme là a un nom : Collaboration.

Ce programme a échoué du fait de la vigilance et de l’esprit responsable de notre Résistance, et surtout du fait de son enracinement populaire.

Après Taëf, Doha fut…

L’unique mérite de Doha est d’avoir réussi à faire constater par toutes les parties et à leur faire admettre que la Paix Civile et l’Acte Résistant sont désormais deux éléments intimement liés ; l’un interpelle l’autre.

C’est le seul mérite qu’a pu avoir Doha. Le Confessionnalisme Politique, maux de toutes nos souffrances et nos déchirements, connu par ses cycles de violence depuis l’indépendance de notre pays, fut à Doha l’architecture proposée aux parties présentes.

Doha a tracé le contour du futur gouvernement : encore une fois des identités confessionnelles qui auront à se partager le pouvoir, mais cette fois-ci, avec une garantie bloquante qui tentera d’éviter toute dérive dangereuse, dans l’attente de l’ultime échéance : celle de la naissance du Pouvoir authentiquement Démocratique et Patriotique, abolissant le Confessionnalisme Politique, jetant les bases de la Citoyenneté Libanaise, concrétisant une stratégie de défense nationale s’articulant autour de l’alliance de notre Armée avec notre Résistance, réformant l’économie nationale dans l’unique souci de satisfaire les revendications de notre Peuple.

Cette échéance est encore loin et le chemin est long et sera difficile.

Nous ne l’atteindrons que par notre conscience collective grandissante, notre vigilance et notre lucidité, en attendant l’ultime instant qui donnera la parole aux urnes.


Sur ce chemin et dès demain, aux quatre coins géographiques de nos dix milles, dans nos ville et villages, dans tous les quartiers et sur toutes les places, tous unis en ignorant par amour pour notre Liban nos fausses identités que les Grands de ce monde ont voulues pour nous, fêtons la naissance de la Résistance Libanaise


24 Mai 2008
Raymond RICHA

Aucun commentaire: