mardi 15 avril 2008

Quand la révolte du pain rejoint la Résistance...










Au forum de la « démocratie », Livni s’acharne à convaincre les rois et chefs arabes de la nécessité d’un front uni pour faire face à l’Iran et un émir arabe présent se presse à déclarer, je cite : « nous avons besoin de préparer un environnement favorable à la création d'un esprit d'initiative et de renouveau, qui ne se réalisera que par la coopération populaire et le respect des droits de l'homme »…

Pendant ce temps là, Gaza sous le blocus témoigne de la mort de plusieurs centaines de malades ayant été privés, suite au blocus, du moindre soin.

Pendant ce temps là, les missiles israéliens désormais pourchassent nos enfants et nos mamans, bien entendu sans oublier nos braves résistants.

Pendant ce temps là, sur le sol égyptien, on traque les ouvriers et les paysans qui revendiquent le pain ; on jette en prison celles et ceux qui se solidarisent avec leur peuple dans sa lutte pour sa survie et sa dignité.

Pendant ce temps là, au Liban, on interdit à son peuple d’accéder à l’unité nationale, seule issue à la crise politique ; mais aussi on ignore ses revendications sociales et économiques, sa lutte contre la vie chère et la faim qui désormais s’emparent des couches sociales moyennes ; on tourne le dos à son aspiration à la réforme et à son attachement à la souveraineté nationale.

Pendant ce temps, pas plus qu’hier, l’armée israélienne et son aviation, pour la nième fois, violent la terre et le ciel, sous le regard de marbre et de parfaite inertie des troupes de Ban Ki-moon.

Pendant ce temps là, en Tunisie, on traque les démocrates et on arrête les ouvriers et les paysans revendiquant le pain, ainsi que toutes celles et ceux qui osent exprimer leur solidarité envers eux.

La liste des effets portés au crédit des politiques des rois et chefs arabes présents au forum de la « démocratie » est loin d’être exhaustive et devra inéluctablement se prolonger.

A ce forum, assistant à l’agonie de leurs régimes gravitant autour du capitalisme mondial, nos rois et chefs devront, logique oblige, crever l’abcès en détournant nos peuples respectifs de la réalité, de la nécessité de lutte pour la survie ainsi que de la nécessité de résister partout où la terre, sous l’occupation, est pillée, brûlée jusqu’aux os de ses enfants.
Ainsi, pour crever l’abcès, ils doivent répéter en chœur le refrain que G.W. BUSH a si hypocritement rappelé : tous unis contre le danger perse.

Crever l’abcès, avec bien entendu l’assistance de Livni et de l’Internationale Socialiste farouchement attachée à la collaboration des classes, le crever par le mensonge et la haine jusqu’à adopter le « choc des civilisations » si cher à G.W. BUSH, est leur ultime manœuvre avant qu’ils ne soient détrônés par l’alliance inéluctable de la révolte du pain et de la Résistance.

Désormais, l’acte résistant aura une portée embrassant toutes les sphères de la vie de nos peuples : sur notre terre violée et occupée, témoignant à la fois du pillage systématique de ses richesses naturelles et du massacre de ses enfants ainsi que dans nos foyers privés de pain, le verbe « résister » se conjuguera.



15 avril 2008
Raymond RICHA

Aucun commentaire: