mardi 8 avril 2008

La Terre est ronde...

Gaza, au-delà de ses frontières…ou l’annonce d’un destin qu’une courbure a promis

Dans la bande de Gaza, à ce jour, 121 malades, dont 35 enfants, victimes du blocus, sont décédés.
Parmi les enfants décédés, Abd Khawatter a quitté la vie à trois ans, Ibrahim Az-Zine a rendu l'âme à huit ans et un nourrisson a quitté le monde à deux semaines…et ce ne sont là que quelques cas pris sur une liste qui ne cesse de se prolonger.
1220 malades, répartis sur les hôpitaux d'Al-Chifaa, d’Al-Nasr et de l’hôpital européen sont désormais au rendez-vous avec la mort.
Le blocus imposé depuis dix mois par les forces de l'occupation israélienne ne cesse d’aggraver la situation dans le domaine de la santé, visant ainsi à aboutir à une catastrophe sanitaire.
Fermeture des points de passage, blocus total sur les médicaments, la nourriture pour enfants, les équipements médicaux, interdiction aux malades de voyager à l'étranger pour recevoir le soin dont ils ont besoin...
La coupure systématique d'électricité et de carburant ne fait qu'empirer la situation. Tous les services en pâtissent. Les générateurs locaux tendent vers leur fin de vie, à force de travailler pour compenser cette coupure. Les ambulances et tous les équipements de la santé n'arrivent plus à répondre aux besoins urgents.
Tous les services de santé sont sur le point de s'écrouler.

Un peuple qui avait démocratiquement choisi ses élus et qui est résolument et fermement attaché à sa Résistance devra être puni.Cette sentence étant prononcée par Bush, ses Sarkozy et Kouchner à travers le monde et ses fidèles arabes « modérés », Olmert et son Président prix Nobel de la Paix, pouvaient alors passer à l’acte : le blocus et le renforcer encore au point d’atteindre, aujourd’hui, les malades et les enfants.

Pendant ce temps là, un dénommé Sinioura, à bout de souffle face à son peuple, court en long et en large jusqu’à demander de l’aide auprès d’un dénommé Moubarak, incapable de répondre à la moindre revendication sociale de son peuple quant au droit de vivre dignement.
Pendant ce temps là, la collaboration avec l’ennemi est à son comble chez un dénommé Abbas qui, dans les coulisses, répète son rôle qui aura à jouer devant son maître Olmert, lors de la prochaine invasion de Gaza, déjà programmée.Son retour à Gaza est sa plus haute priorité, s’il faut qu’il réponde à l’état de santé des 1220 malades et à la souffrance d’un million et demi des siens.
Pendant ce temps là, les teneurs des droits de l’homme en France et ailleurs, mobilisant leurs fibres optiques, leurs ondes, leurs banderoles et leurs affiches tapissant les murs, scandent un seul mot d’ordre : Tibet Libre.
Il a suffit de quelques jours d’oppression et de sanglantes violences au Tibet pour que ce petit monde s’active au nom des droits de l’homme. Ce ne sont pas les soixante ans d’oppression, de massacres, de destructions et d’épuration ethnique en Palestine qui le feront bouger…


Nous devons plus se poser la maudite question : Pourquoi tout cela ?
Posons-nous la vraie, comme tout scientifique la posera : Comment tout cela ?
La réponse est simple ; elle se cache dans une seule phrase pourtant célèbre : « Diviser pour Régner ».
Le monde du Grand Capital, plongé dans ses crises qui s’accentuent de jour en jour, n’a plus qu’une issue : déclencher l’éclatement des nations et des pays du Sud, en provoquant et en encourageant des luttes tribales et confessionnelles, pire encore, des logiques d’épuration ethnique, ceci dans l’ultime objectif de piller leurs richesses et de s’emparer de leurs mains d’œuvre exponentiellement moins chères que les siennes.
La Palestine appartenant à la Nation Arabe et cristallisant toute l’identité unitaire des peuples arabes, l’Afghanistan, l’Iraq, le Liban et aujourd’hui la Chine sont sur sa ligne de mire ; d’autres pays et d’autres nations encore suivront…
Quant à la flamme des jeux, supposée être un message de fraternité, elle se transformera en la flamme de la solidarité des peuples résistants…Cette transformation est inéluctable car, comme disait l’autre, la Terre est ronde et le Grand Capital ne pourra pas échapper au destin que cette courbure lui a promis.


7 avril 2008
Raymond RICHA


Aucun commentaire: