dimanche 20 avril 2008

belles, rebelles et résistantes...


Battements d’ailes
De papillon,
Belles et rebelles
Résistantes






Nous sommes Dimanche, 20 Avril 2008…

Gaza, Samedi, 19 Avril 2008,18h, heure locale, les ambulances, toutes les ambulances, par manque de carburant, se sont arrêtées…

Quant à l’or noir arabe, il coule à flot, venant alimenter toutes les énergies qui font le confort des peuples d’Occident, jusqu’à alimenter l’engin volant de toutes les haines racistes et fascistes, tirant ses missiles intelligents, cette fois-ci, non seulement sur nos enfants, mais aussi sur la caméra qui témoigne…

Gaza, Samedi, 19 Avril 2008, toutes les salles d’opération chirurgicale ne fonctionnent plus…
Désormais, la chair vivante, blessée, qu’elle soit résistante ou simplement enfant, est abandonnée à son sort…

Ailleurs, bien loin de toutes les luttes, les Moubarak, Abbas et Sinioura fouillent dans les poubelles de l’Histoire, à la recherche de la moindre justification de leur ignoble logique de collaboration ; toutes les hypocrisies sont à prendre, jusqu’aux larmes du crocodile…

Dimanche, 20 Avril 2008, Gaza, malgré ses profondes blessures, puisant ses forces de ces petits battements d’ailes de papillon venus de Mahallah Al Kubra, de Bassorah et de Qana vêtue en robe blanche pour honorer ses enfants tombés hier, résiste jusqu’au martyre à l’hystérie de l’occupant…

Dimanche, 20 Avril 2008, désormais, ces petits battements d’ailes de papillon, du grand pays entre les deux fleuves à celui des cèdres éternels, en passant par celui du Nil, grandiront dans la résistance jusqu’à la chute de l’oppression et de la collaboration…

Les faces des pyramides, fières de leur géométrie bâtie dans le sang, résonneront avec la voix de cette maman privée de pain et de lait, allaitant son bébé, sur cette terre d’Egypte, comme à Gaza ou ailleurs.
Ces faces là plieront l’espace jusqu’à ce que les quatre points cardinaux de notre grande nation arabe se confondent, dépassant ainsi les mœurs, les croyances, les dialectes et les idéologies et abolissant, par le seul acte de résistance, toutes les formes d’exploitation, d’oppression, d’obscurantisme, d’abandon national et de collaboration avec l’ennemi.



Battements d’ailes
De papillon,
Belles et rebelles
Résistantes,
Je vous épouserai
Partout,
Au Liban
Comme en Palestine,
Du fin fond du Maghreb
Jusqu’au pays de l’Euphrate,
Me niant
Et me reniant,
Jusqu’à atteindre
L’amour des miens,
Vrai et généreux
Juste et infini




20 avril 2008,
Raymond RICHA

Aucun commentaire: