mercredi 27 février 2008

Comme Imad, nous crions fort...




Imad, tu n’es plus parmi nous



Mais qu’ils se détrompent



Car tous les cèdres de notre pays



Résonnent de ta voix



Celle de Jean Moulin, le libanais



Et les cèdres, à leur tour



Témoigneront de notre écho :



Guevara n’est pas mort…



Et plus loin, encore plus fort :



Yaa Hussein !!!






Aucun commentaire: