mardi 29 janvier 2008

A QUI VEUT BIEN NOUS ECOUTER… (1ère Partie)

La vérité sur les évènements tragiques du 27 janvier 2008 sera-t-elle dévoilée ?

Mais aussi, aurons-nous assez de lucidité et de recul pour constater les préparatifs qui avaient précédé les massacres ?

Malgré la bonne volonté de Michel Sleimane et de Georges Khoury, malgré leur détermination à mener une enquête censée être objective, le Peuple ne connaîtra jamais la vérité.

Notre Peuple, et particulièrement les familles de nos martyrs tombés, ne connaîtrons jamais cette vérité ; l’Histoire l’a malheureusement voulu ainsi depuis les premiers assassinats qui avaient secoué notre pays à ce jour.

Cependant, le recul par rapport aux évènements de ce 27 janvier 2008 nous permet de constater les faits suivants :

1- Le caractère spontané des manifestations du fait de l’exacerbation de couches populaires d’une coupure d’électricité qui a assez perduré, surtout en période d’intense froid qui règne dans notre pays

2- Tous nos martyrs tombés, indépendamment de leurs couleurs politiques, appartenaient à la Défense Civile ou intervenaient espérant une coordination avec notre Armée, en vue de ramener le calme
Quelques uns tentaient de secourir les blessés ou de dégager, sous les rafales de balles, les corps de leurs camarades déjà tombés ; d’autres intervenaient tentant de ramener le calme

Il s’agit de :





Ahmad Hamzi
Youssef Chkaïr
Ahmad Al Ajouz
Mahmoud Hayek
Hassan Ali Maatouk
Moustafa Ali Amhaz
Mahmoud Abdel Amine Mansour


N.B. Les noms des martyrs tombés ailleurs qu’à Beyrouth sont également mentionnés dans cette liste


3- Une rapide mobilisation de miliciens armés sur les toits des immeubles environnants et des rafales de balles provenant de ces toits








4- Notre Armée a également tiré sur les manifestants


1ère conclusion

Nous avons assassiné des hommes de la Défense Civile et d’autres voués à étouffer rapidement une amorce d’une nouvelle guerre civile



29 janvier 2008
Raymond RICHA

Aucun commentaire: