vendredi 14 décembre 2007

SANIOURA, DEMISSION...


Elie, François, EL HAJJ interroge le gouvernement : Pourquoi ce gouvernement n’a-t-il pas décrété ce jour comme jour de deuil national en hommage à mon père ?

Deux poids, deux mesures, comme on dit ?

Et voilà que Monsieur Khaled KABBANI, ministre de l’Education au sein de ce gouvernement, s’empresse pour déclarer devant le peuple qu’à l’Education, vendredi 14 décembre est une journée normale…Déclaration suivie immédiatement par une autre, celle de Monsieur Elias EL MURR, ministre de la Défense, dans laquelle ce dernier déclare que son chef SANIOURA lui a demandé de décréter vendredi 14 décembre comme jour de deuil national, avant de s’empresser pour déclarer par la suite le contraire

Par ailleurs, et pour mémoire, des responsables militaires, accusés sans aucune preuve d’être responsables de l’assassinat de Rafic HARIRI, sont toujours détenus, par ordre du Président SANIOURA, désormais détenteur des deux pouvoirs exécutif et judiciaire.

Nos soldats sont toujours détenus alors que la Commission d’enquête Internationale chargée de ce dossier vient de publier son rapport qui précise que les assassins et leurs commanditaires sont toujours libres et courent à travers le pays…

Certes, SANIOURA règne en maître absolu ; pour ne pas être trop excessif, je peux déclarer que son pouvoir commence à frôler la dictature.

Mais aussi, ce pouvoir, rongé par ses flagrantes contradictions, commence à vaciller…

Un seul remède à cela : Non seulement la démission de SANIOURA, mais aussi et surtout, pas aucune responsabilité dans le futur gouvernement, censé être d’unité nationale, à des individus ayant apporté la preuve de leur incapacité à diriger un pays.


14 décembre 2007
Raymond RICHA

Aucun commentaire: