dimanche 30 décembre 2007

Qana meurtrie une seconde fois…















Le massacre de Qana : La justice israélienne vient de déclarer Olmert et son gouvernement innocents, ceci devant l’indifférence des nations et la sourdine des organisations prétendant défendre les droits de l’Homme.

L’Histoire…
Durant la courte période précédant les 29 et 30 juillet 2006, la commune de Qana était sous le feu intensif de l’aviation et des vedettes maritimes israéliennes. Deux cent cinquante bombardements furent enregistrés pendant ce laps de temps, détruisant toutes les infrastructures environnantes, isolant ainsi la commune du reste du pays et rendant impossible tout secours à la population.
Le crime se préparait dans l’indifférence quasi générale des grandes puissances et des organisations humanitaires et de défense des droits de l’Homme.

Dans la nuit de samedi à dimanche des 29 et 30 juillet 2006, plus précisément à 01h00 après minuit, Qana témoigna du massacre de ses enfants.
Nos mamans, croyant être à l’abri des bombes du fait de la proximité d’un immeuble de trois étages par rapport à un lieu de culte, se réfugièrent dans la cave, portant leurs enfants serrés à leurs poitrines.

Le 30 juillet 2006, à 01h, le plus sophistiqué et le plus intelligent des engins de la mort, signé des innocentes mains israéliennes, fierté technologique des américains mise à disposition par Bush et sa Rice, et encore une fois devant l’indifférence des nations civilisées, frappa l’immeuble avec la précision qui lui a été dictée par le pilote.
L’immeuble implosa entièrement en quelques secondes, réduit ainsi en décombres.

Les secours n’avaient pu intervenir qu’à huit heures du matin, sept heures après le massacre. Ils dénombrèrent, parmi les victimes, une quarantaine de corps d’enfants inanimés.

Il a fallu que la fibre optique et les satellites de l’Internet et des médias interviennent presque instantanément pour que l’opinion internationale découvre devant ses quinze ou dix sept pouces d’écran l’horreur du massacre perpétré à Qana et pour que la majorité des nations et l’organisation des droits de l’Homme reconnaissent enfin l’entière responsabilité d’Olmert et de son gouvernement.

Fin décembre 2007, dix sept mois après, la justice israélienne rend son verdict : Olmert innocent.

Fin décembre 2007, le verdict est tombé et « justice » est rendue, devant les bouches cousues des grandes puissances et de leurs organisations humanitaires.


Il ne reste plus que la pierre, les tombes et la mémoire de femmes et d’hommes libres du Pays des Cèdres pour témoigner.



30 décembre 2007
Raymond RICHA

Aucun commentaire: